Le Crépuscule du Roi-Soleil s'est éclipsé...

Le crépuscule du Roi-Soleil

musee-marine-62.jpg

   - Serait-ce donc là, Jean-François Zimmermann, la première de couverture de votre prochain ouvrage ?

   - Il y a deux ans, après la parution de L'apothicaire de la rue de Grenelle, et après que cet ouvrage a été couronné du Prix des Écrivains Bretons, mon éditeur, Marcel Gillet, me demandait : "Alors, à quand la suite ? ".    Je m'y suis mis fin 2011 sans savoir exactement où cela me mènerait, car j'entreprenais de conter les aventures des trois frères Lasalle, personnages issus de mon premier ouvrage.Trois destins parallèles de frères ennemis qui devaient fatalement se croiser un jour pour le meilleur et surtout pour le pire !

   Deux ans plus tard, 550 pages ont été noircies. Il reste un an de travail pour en noircir environ 250 autres.C'est beaucoup. Il est vrai que je conte trois histoires en un seul ouvrage. 

   Plusieurs éditeurs informés du projet en cours m'ont récemment mis en garde, et leurs avis se recoupent. "Aujourd'hui, dans le contexte économique que nous vivons, les pavés ne se vendent plus, sauf à être un auteur à succès, ou à tout le moins reconnu, dont la notoriété autorise cette fantaisie. 

   - Pouvez-vous découper ces 800 pages en deux ou trois tomes ?

   - J'ai avancé cet argument, mais le problème reste entier. "Et si le premier tome ne marche pas, on fait quoi du reste ?" me demande l'un. "Et si le premier tome marche, mais que le deuxième s'essouffle ?", me demande l'autre. 

   - Et si on mettait Paris en bouteille ?

   - Notez que je comprends bien leurs arguments. Le marché du livre n'est pas porteur et le créneau réservé au roman historique est mince, moins de 3% de la littérature générale. "L'heure n'est plus à prendre des risques avec auteur inconnu".

   - Inconnu, n’exagérons rien !

   - Votre exclamation est aimable, mais l'auteur en question est inconnu du grand public ! Je me range donc à leurs arguments. Mes 550 pages sont parties à la poubelle. 

   - Vous avez détruit votre manuscrit ?

   - Oui. J'ai signé son acte de décès, hier. Les 550 feuillets sont passés au vide-ordure ! Deux années de travail que je considérerai comme une parenthèse. "Vingt fois sur le métier, remettez votre ouvrage" : tant que ma plume ne sera pas sèche, j'obéirai à Monsieur Boileau, mais cette fois, je tiendrai compte des impératifs commerciaux et me contenterai de deux ou trois cents pages. 

   - Toujours un roman historique ?

   - Toujours un roman historique, centré sur le XVIIème. 

   - Rendez-vous dans un an ?

   - Pari tenu !

apothicaire Histoire roman littérature plume écriture historique Ecrivains Bretons auteur grenelle roi-soleil louis xiv 17ème livre crepuscule

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau