Interview de J.F. ZIMMERMANN, auteur chez AIRVEY EDITIONS

 

la-couture-2013-005.jpg   Bibliotheque lambersart 006

 

n°12 mercredi 16 avril 2014 : un magazine pour les parents

 

On s’entretient avec Jean-François Zimmermann, un auteur Airvey éditions.

Airvey magVous avez longtemps travaillé dans le milieu de la presse. Y avez-vous vous développé votre goût pour l’écriture ?

Jean-François Zimmerman : J’ai, très tôt, été un boulimique de la lecture. J’avais à peine dix ans qu’Hervé Bazin, Emile Zola, Jules Vernes, Alexandre Dumas, mais aussi Henri Vernes – (Ah ! les "Bob Morane", petits opuscules de 150 pages étaient dévorés en deux ou trois jours) – étaient mes compagnons de la nuit, parfois lus au moyen d’une lampe de poche, sous les draps, pour ne point éveiller l’attention maternelle !

Airvey mag : Vous placez volontiers vos romans dans des époques révolues. Êtes-vous un historien dans l’âme ?


J.-F. Z : Je ne suis pas historien. D’ailleurs, à l’école, l’Histoire ne me passionnait pas plus que cela. Si j’ai choisi de glisser mes récits d’une part au Moyen-Age avec "L’ombre de Dieu" et maintenant au XVIIe siècle avec la trilogie du "Crépuscule du Roi-Soleil", c’est plutôt dans le souci de rechercher une certaine intemporalité. En effet, je juge que les événements d’une époque, passée ou contemporaine, influent grandement sur le comportement des personnages d’un récit. En conséquence, je préfère utiliser le passé plutôt que le présent qui a toute chance de démentir dans le futur les faits que je relate. Le passé est figé, le chemin que vont emprunter mes personnages est donc fiable.

Airvey mag : Qu’apporte le roman historique par rapport à un ouvrage d’Histoire pure ?


J.-F. Z : Dans "roman historique", il y a "roman" et "historique". Ce genre littéraire ne peut en aucun cas se substituer à un ouvrage d’Histoire. Les historiens s’assimilent à la fois à des scientifiques en ce sens qu’ils se doivent d’être rigoureux et impartiaux, et à des journalistes d’investigation en ce sens qu’ils ne peuvent affirmer un fait qu’après avoir vérifié leurs sources et procédé à de multiples recoupements. Ce qui n’empêche pas certains d’entre eux d’écrire des romans historiques, tels Max Gallo pour citer un écrivain contemporain.

Airvey mag : Si vous pouviez choisir une époque pour y vivre, laquelle choisiriez-vous, et pourquoi ?


J.-F. Z : Peut-être celle de Jules Vernes, époque où tout semblait possible grâce aux progrès que semblait nous promettre la science. Siècle d’illusions, mais ô combien fécond ! On n’imaginait pas encore que la civilisation industrielle qui se profilait allait dévorer le patrimoine de l’humanité, jusqu’à vicier son air, gâter son eau, bouleverser son climat et préparer son auto-destruction.

Airvey mag : L’écriture est-elle précédée d’une longue phase de recherches ?


J.-F. Z : Oh oui ! La documentation indispensable pour ne pas ébrécher la crédibilité d’un récit est d’autant plus fouillée qu’elle se situe dans l’Histoire. Elle précède, mais suit aussi la rédaction. "L’ombre de Dieu" m’a demandé deux années de travail.

Airvey mag : Vous avez concouru à de nombreux prix littéraires et avez été primé. Comment accueillez-vous cette reconnaissance ?


J.-F. Z : Il est important pour un écrivain de se situer. Son écriture suscite-t-elle un intérêt particulier en dehors du jugement des proches que l’on peut à juste titre soupçonner d’indulgence ? Etre distingué signifie qu’un panel de lecteurs (le jury) vous a préféré à d’autres auteurs.
Cependant, j’accorde tout autant d’attention aux remarques, critiques ou commentaires que m’adressent mes lecteurs. Ils sont un encouragement et me permettent d’exister.

Airvey mag : Pourriez-vous nous dévoiler vos projets littéraires ?


J.-F. Z : Bien que l’on prétende qu’il ne faut pas dire "Fontaine, je ne boirai pas de ton eau", soyez assuré que je me suis couché dans le lit du siècle de Louis XIV pour un bon moment !
1) Le troisième tome de la trilogie du "Crépuscule du Roi-Soleil" est à demi-rédigé. Il devrait paraître début 2015.
2) "Le mépris et la haine" est lui aussi bien entamé (200 pages sur 300). En deux mots, il s’agit de la confrontation entre le fils d’un garde-chasse et le fils du comte auquel appartient ce garde-chasse. Etude sur la différence de condition entre deux jeunes hommes, condition qui interdit au plus méritant des deux d’accéder à un rang qui n’est pas le sien à sa naissance. La lutte des classes avant la lettre !
3) "Forbin, marin du Roi-Soleil". Il s’agit là d’une biographie, entamée en 2010, dont la moitié est à présent rédigée.
Quatre marins ont éclaboussé de leur talent la marine du Roi Soleil : Duquesne, Tourville, Jean Bart, Duguay-Trouin et Forbin.
L’Histoire a retenu les noms des quatre premiers et chanté leurs louanges, tandis qu’à propos du cinquième, elle a fait preuve d’une discrétion pour le moins curieuse. Et pourtant, l’audace insensée de ses prouesses n’avait rien à envier à celle de ses trois contemporains…

Jean-François Zimmerman est l’auteur du roman L’Ombre de Dieu.

1re-couv-ombre-dieu.jpg

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau