Lire en prison

 

LIRE EN PRISON

Bapaume

   Nous sommes dans la bibliothèque, « le seul endroit de la prison qui nous la fasse oublier », me dit-on. Ils sont une douzaine à s’être réparti les sièges disposés en demi-cercle autour de nous deux, Christelle Descamps et votre serviteur. Avant même que nous nous présentions, les questions fusent. Manifestement, nous avons à faire à des lecteurs assidus, curieux comme de coutume de connaître notre parcours, ce qui nous a poussés à écrire et qui nous motive encore.

-  Est-ce difficile d’écrire ?

-  C’est selon. Cela demande d’être exigeant envers soi-même et d’y consacrer beaucoup de temps …

-  Combien de temps faut-il pour écrire un livre ?

-  C’est selon. Cela dépend de la pagination, de la documentation, de l’âge du capitaine …

-  Dans quelles conditions écrivez-vous ?

-  C’est selon. Chez moi, dans un café, dans le train, jamais en voiture surtout lorsque je suis au volant !

-  Etes-vous gêné par le bruit ?

-  C’est selon. Les bruits diffus ne me dérangent pas, mais la musique "boum-boum" me rend fou ! Le pire c’est le marteau-piqueur !

-  Quelles sont vos lectures ?

-  C’est selon. Rarement contemporaines, souvent en rapport avec les siècles que nous fréquentons. Nous lisons "utile"…

-  Comment s’y prend-t-on pour être édité ?

-  C’est selon. Des romans régionaux s’éditent plus facilement en faisant appel à des éditeurs régionaux, la littérature générale, c’est plus difficile…

-  Cette activité est-elle lucrative ?

-  C’est selon. En ce qui nous concerne, elle ne l’est pas ! Sur les deux cent-cinquante auteurs qui sévissent dans notre région, on peut compter sur les doigts d’une seule main ceux qui en vivent…

-  Que pensez-vous du livre de Valérie ?

-  Paul ?

   Mon interlocuteur se tortille sur son siège, sentant venir le piège.

-  Euh, non, la femme du président !

-  C’est selon. De sa prose, il n’y a pas grand-chose à dire, mais c’est tant mieux pour l’éditeur qui pourra investir ses bénéfices en prenant des risques sur de nouveaux auteurs, de talent, ceux-là…

-  Combien de livres avez-vous écrit ?

-  C’est selon. Si on compte ceux qui sont édités, pour Christelle, deux, et pour moi, trois. Christelle a un manuscrit en attente d’édition, et moi deux.

   La bibliothèque du centre de détention avait en sa possession un résumé des deux tomes de sa « Saga solarienne ». Heureuse initiative du bibliothécaire qui permit à plusieurs détenus de se familiariser avec l’œuvre de Christelle avant de la lire intégralement après notre passage.

-  J’ai lu le premier chapitre. Je ne serais pas étonné d’apprendre que vous ayez un rapport très proche avec la nature. Seriez-vous fille d’agriculteur ?

   Christelle acquiesce. Elle est étonnée de tant de perspicacité.

   Elle lit ce premier chapitre. Son univers est celui des Temps futurs, le mien, celui du passé. Notre point commun : l’utopie d’un monde idéal.

Saga t1                Saga t2

-  Lisez nos ouvrages, vous serez alors à même de méditer sur ces sociétés chimériques … en forme de promesses électorales !

   Les franches et cordiales poignées de mains qui concluent notre "intervention en milieu carcéral" sont autant de satisfecit délivrés par toute l’assemblée.

 

Jean-François ZIMMERMANN

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau