L'art de la critique

 

L’art de la critique

Tout auteur se projette entièrement dans son œuvre, s’y noie et n’en ressort jamais indemne. Il se donne et le lecteur se prête. Mais si ce dernier se sent en résonnance avec lui alors, il partage. Quant à porter un jugement, encore faudrait-il en définir les critères. Critères qui ne peuvent prétendre à l’objectivité. Seule la forme peut se prêter à quelques réflexions car les règles sont admises par tous. Elle est en quelque sorte un cadre légal à l’intérieur duquel évolue l’imagination. Pour qu’un texte soit abouti, il convient que l’auteur réponde à deux questions :

1- Suis-je clair, serai-je compris ?

2- Serai-je compris, suis-je clair ?

Il en est de l’écriture comme de toute autre forme d’art, l’artiste ne doit pas éprouver le besoin de légender son œuvre. Ou alors, c’est qu’il croit s’adresser à des imbéciles et dans ce cas, ce n’est pas très charitable pour son public ! Il nous est tous arrivé après une lecture de nous gratter la tête, circonspects, et de soliloquer : « est-ce moi, qui… ou alors lui, qui… » Voilà pourquoi il est essentiel que l’auteur se glisse dans le costume de son lecteur et qu’il réagisse en bon pédagogue. Les mots gagnent à être exprimés simplement. Ce long préambule était nécessaire pour que j’avoue humblement être particulièrement maladroit, voire inapte à commenter un texte. Et encore moins le critiquer, car je ne m’y sens pas autorisé. D’autres savent le faire avec un rare bonheur.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau