Colette DESPOIS

 

Salon-Rambouillet-092011-Colette-Despoix.jpg

Colette DESPOIS – « Le chant des pierres », au salon du livre de Rambouillet, septembre 2011

   Son regard est aussi clair et limpide que la lumière dispensée par les vitraux d’une abbaye cistercienne sur ses murs dépouillés de tout artifice. L’architecture épurée chère à Bernard de Clairvaux convient bien à l’écriture qu’elle délivre dans le « Chant des pierres » et le timbre de sa voix s’accorde tout à fait au murmure cristallin qui précède l’envolée psalmodiée des moines encapuchonnés. Même en l’absence de ces derniers, les pierres vibrent encore. Edifiés dans des vallées de solitude, de silence et de lumière, ces lieux mystiques délivrent toujours un message de paix et de sérénité. Colette Despoix les entend et nous fait partager son émotion.
   Nous nous sommes rencontrés au salon du livre de Rambouillet. Lorsque je lui ai confié les causes de mon immersion dans l’écriture, elle s’est exclamée que les siennes étaient identiques. En ce qui me concerne, une visite, au milieu de l’automne 2006, des trois sœurs provençales, Sénanque, Le Thoronnet et Sylvacane, a été déterminante. L’irrépressible besoin de raconter une histoire prenant pour cadre ces pierres qui conduisent à l’humilité s’imposait.
   Colette Despois, quant à elle, fut saisie, à peu près à la même époque, par la mystérieuse perfection de l’abbaye de Vaucelles, à tel point qu’elle en assure aujourd’hui les visites.
   Nous sommes donc désormais à l’unisson, à l’unisson du Chant des pierres.

 

Il est juste d’avoir des rêves, c’est un devoir de les accomplir.

Commentaires

  • Levicomte Noémie
    Une copine m'a offert le livre "le chant des pierres" de Colette despois pour ma profession de foi, je viens de terminer de le lire et je l'ai trouvé génial, c'est devenu passionnant quen Apolline à cru que c'était les pierres qui chantaient.Je vous conseille de le lire
  • jfzimmermann
    Merci pour elle, je lui transmets votre message enthousiaste.
    Jean-François Zimmermann

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau